lundi 8 avril 2013

Augmentation mammaire, reconstruction mammaire, malformations mammaires

http://chirurgien-esthetique-roanne.fr/


Le lipomodelage : nouvelle révolution de la chirurgie mammaire ?

Prendre la graisse là où elles en ont trop pour la réinjecter là où elles manquent de volume était depuis longtemps le rêve de beaucoup de femmes. C’est désormais une réalité !

Étudiée et expérimentée depuis des décennies, l ‘auto greffe graisseuse a été formalisée et systématisée il y a 15 ans par le Dr Coleman, en chirurgie reconstructrice d’abord (dépressions cutanées post traumatiques, cicatrices déprimées, greffes de peau mince) puis en chirurgie esthétique afin de restaurer les pertes de volume liées à l’age, principalement au niveau du visage et des mains.
Cette technique d’aspiration, traitement et réinjection des cellules graisseuses est désormais validée pour la chirurgie mammaire : augmentation, reconstruction après mastectomie totale, malformations (sein tubéreux, syndrome de poland), imperfections sur implants mammaires....
Le principe : le premier temps opératoire consiste à prélever par aspiration de la graisse dans des zones excédentaires (ventre, cuisses, hanches, genoux).  Le produit recueilli, mélange de cellules graisseuses, hématiques et sérum est traité de façon à conserver les cellules graisseuses seules. Celles ci sont  alors réinjectées dans la (les) zone(s) à traiter par des incisions de 1 à 2 mm de long, en sachant que, s’agissant d’une greffe, la volume définitif restant ne sera pas celui injecté : en résumé, pour 200 ml aspirés, environ 120 ml seront réinjectés après traitement, et environ 80 ml persisteront réellement  3 mois après l’intervention.

Avantages de ce mode d’intervention : risques hémorragiques inexistants, risques infectieux très faibles, douleurs post opératoires très faibles également, pas de risques de complications liées à un implant, acte réalisable en chirurgie ambulatoire ( entrée le matin, sortie le soir), amélioration de la trophicité cutanée des zones radiothérapées en cancérologie mammaire.

Inconvénients de cette méthode : tout le volume désiré ne peut être apporté en une seule fois dans la majorité des cas, nécessitant deux voire trois temps opératoires en augmentation mammaire, et plutôt 3 à 4 temps opératoires en reconstruction mammaire.

De plus, selon les recommandations actuelles de la société française de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique, cette technique ne devrait, pour l’instant, pas être utilisée après l’age de 35 ans en augmentation mammaire, et réservée aux mastectomies totales ( et non partielles) en reconstruction mammaire. Ces réserves liées à un manque de recul (et donc au principe de précaution) devraient être amenées à se modifier dans la mesure où différentes études semblent  indiquer un effet protecteur plutôt que majorant vis-à-vis du risque de cancer du sein, de la graisse apportée lors de l’emploi de cette technique.
Il est désormais possible de bénéficier de cette technique à Roanne.

Dr V.Dalmonego   Roanne, le 08 Avril 13

Aucun commentaire:

Publier un commentaire